Création

La ville obstinée

 

Marcovaldo est un ouvrier contraint de s’exiler vers les villes industrieuses du XXe siècle pour nourrir sa famille. Vagabond, poète des villes, il s’obstine a chercher la nature en ville, et vit l’aventure à chaque coin de rue en faisant montre d’une inventivité incroyable.
Non sans évoquer Charlot, M. Hulot, ou encore les acteurs et réalisateurs de l’âge d’or du cinéma italien, jusqu’à plus récemment Roberto Benigni, Marcovaldo porte un regard particulier sur chaque chose qui l’entoure, dans un mélange de candeur naïve et de poésie.
Avec ce recueil de 20 nouvelles, suivant le fil des saisons et empruntant au registre du conte, Calvino offre une satire souriante de la vie moderne et de ses absurdités, de notre société de consommation et d’urbanisation effrénée où l’humain a du mal à trouver sa place.

Le blÖffique théâtre souhaite travailler sur une ré-écriture librement adaptée de la nouvelle « Le jardin des chats obstinés » d’Italo Calvino.
Elle y décrit les nouvelles explorations que Marcovaldo va faire, durant toutes ses pauses déjeuner, guidé par un chat errant.
Ces filatures lui permettent de découvrir la ville comme un nouveau décor, d’accéder à d’autres dimensions. Entre les blocs de béton, s’ouvre une sorte de contre-ville qui donne à voir les interstices, des espaces entre les murs, l’arrière des portails, les sous-sols…
Par sa nouvelle création, le blÖffique souhaite utiliser cette figure fantasmatique du chat errant pour engager la traversée d’un quartier comme un parcours initiatique, parsemé d’épreuves imaginaires à rencontrer en groupe (le groupe de spectateurs).
Poser un regard sur la ville, le village, les espaces familiers depuis le point de vue d’un chat errant, c’est également questionner notre sensation de liberté de circulation dans les espaces publics et explorer les hors-champs, les lieux où l’on n’accède pas, comme autant d’espaces à projeter, à imaginer.